Logo Patrice Magni

Histoire du Domaine Magni grand vin de Chateauneuf du pape

L’histoire de l’exploitation commence en 1930 lorsque Henri Pichot, ardéchois d’origine, arrive à Chateauneuf du pape pour y trouver le travail qu'il ne trouve pas dans à l'ouest du Rhône.
Il débute comme simple ouvrier agricole chez un certain Fernand Mayard, puis, dans les années, 40 Henri Pichot prend le statut de métayer et, dès lors, commence à vinifier ses premières cuvées pour son propre compte. On trouve trace d’une bouteille qui porte le millésime de l’année 1947.
Avec patience et détermination ce sont les quelques lopins de vigne acquis dans l’appellation Châteauneuf du pape puis, par le biais d’un viager, ce sont des vignes en Côtes du Rhône qui viennent agrandir la petite propriété. Henri Pichot décède en 1975 non sans avoir auparavant cédé l’exploitation à son gendre André Magni.
Celui-ci va augmenter la superficie de la propriété et construit en 1975 sa propre cave de vinification. Le vin est principalement vendu en vrac auprès du négoce local. Son fils Serge s’installe artisan à son tour et bénéficie d’un métayage de Paul Barnaud artisan boucher à Châteauneuf du Pape.

Histoire du Domaine Magni
Le Domaine Magni à Chateauneuf du pape en histoire

En 1993, c’est l’heure de la retraite pour André MAGNI (il décèdera en 2010) et c’est son fils aîné qui reprend une partie de l’exploitation familiale sous la dénomination de « Domaine Patrice MAGNI » sur une superficie de 12 hectares dont  8 en appellation Châteauneuf du Pape et 4 en appellation Côtes du Rhône.
Dès le départ, Patrice plante des cépages blancs (clairette, grenache blanc et roussanne) dont la totalité de la récolte est mise en bouteilles.
C’est aussi le lancement d’une cuvée en Châteauneuf rouge « Sensation »  et d’une cuvée en Côtes du Rhône rouge la Cueillette.
Depuis 2011, c’est l’arrière petit fils Thomas MAGNI, titulaire d’un BTS Viti-Oeno qui a rejoint l’exploitation et qui en compagnie de son père préside aux destinées du domaine.
Cette transmission de propriété viticole de génération en génération est essentielle car elle permet également la transmission du savoir-faire.

ligne-rouge-118
Le vieux pressoir
vendanges-avec-un-cheval